Méditation : démystifier les préjugés pour un bon départ

Récemment, j’ai découvert que la méditation était très efficace pour réduire le stress de mon quotidien. J’étais tout d’abord sceptique, puisque beaucoup de préjugés y sont associés, mais en m’informant plus sur le sujet, j’ai découvert qu’il ne faut pas être un expert pour bien méditer, loin de là!

La méditation est une pratique tellement simple que ça semble magique au départ. Pourtant, cette pratique est supportée par des études scientifiques et elle est même recommandée par des médecins. En prenant du recul, j’ai compris qu’il n’y avait rien de plus rationnel que de se recentrer sur soi pour réduire le stress. Voici donc quelques fausses croyances qui pourraient empêcher une personne de s’initier à la méditation.

méditation
Source : Pixabay

1er préjugé : La méditation, c’est réservé aux personnes spirituelles

Il n’est pas nécessaire de réfléchir aux grandes questions de la vie pour bien méditer. Les personnes très terre à terre tous métiers confondus peuvent pratiquer cette forme de relaxation : hommes et femmes d’affaires, scientifiques, athlètes, et j’en passe. Il n’est pas nécessaire d’avoir des qualités ou des compétences précises. Il ne suffit que de vouloir le faire et de prendre le temps de le faire.

D’ailleurs, ceux qui pratiquent la méditation n’ont pas de temps à perdre. Ils choisissent de prendre le temps de méditer, car c’est un puissant outil pour gérer le stress, et qui peut grandement améliorer les conditions de vie de celui ou celle qui la pratique.

2e préjugé : La méditation, c’est ésotérique

Il n’y a rien de sorcier dans la méditation. C’est une pratique très rationnelle, qui sert justement à se recentrer sur soi et prendre du recul pour être plus apte à gérer le stress quotidien. La preuve : une technique de méditation appelée la « pleine conscience » arrive dans les écoles!

En effet, La Presse a récemment publié un article dans lequel on expliquait que des enfants de quatrième année du primaire pratiquaient la pleine conscience en classe pour les aider avec le stress et l’anxiété. Une éducatrice passe deux fois par mois dans les classes d’une école montréalaise pour leur expliquer comment pratiquer ce type de méditation. Les enfants ont dit se sentir mieux après avoir médité.

3e préjugé : La méditation, ça prend du temps que je n’ai pas

Il n’est pas nécessaire de faire une heure de méditation par jour pour en ressentir les bienfaits. Un simple 15 minutes peut réduire l’anxiété d’une personne et lui redonner de l’énergie. Toutefois, les effets de la méditation sont proportionnels au temps investi. Il est aussi possible de méditer debout, assis, durant l’exercice physique, dans les pauses de travail, etc. Il y a autant de façons de méditer qu’il existe d’individus!

Comme le dit Dr Sophie Maffolini, tout le monde a 24 heures dans une journée, il s’agit donc de bien ordonner ses priorités. Cette médecin de famille est l’auteure du livre Méditer sans complexe qui offre un programme de 28 jours pour guider les lecteurs dans leur pratique de la pleine conscience. On peut y trouver de multiples façons de méditer et tout est décrit de façon à ce que même les débutants (comme moi) se sentent en confiance dans leurs premières séances de méditation.

médiatation
Source : sophiemaffolini.com

Je suggère donc à toute personne qui souhaite méditer de ne pas s’arrêter aux préjugés que l’on entend, et de se trouver un bon livre pour être accompagnée dans ses démarches!

Partagez l'article!

6 comments on “Méditation : démystifier les préjugés pour un bon départ

    1. Merci beaucoup! Super idée de sujet, que tu pourras d’ailleurs lire prochainement sur notre blogue 😉

  1. Bravo pour l’initiative de pratiquer et de faire connaître
    la méditation et ses bienfaits. Une belle facon de se recentrer et de toucher un peu sa divinité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *